Le « processus graphique » demande détente et relaxation, en 5 étapes.

 

Être créatif, c’est avoir le potentiel de faire appel à une partie de son intellect de façon à en tirer une idée nouvelle et unique. On n’obtient pas le résultat d’un logo parfait ou d’un design à l’ergonomie irréprochable sans du travail, de la concentration et surtout de l’inspiration.

Créer nécessite un processus dont seul le résultat est visible. Cela prend du temps parce ce processus est incompressible. Au début des années 60, des psychologues américains on définit la création en 5 étapes qui sont : la préparation, la recherche, l’illumination, la matérialisation et la vérification que nous allons vous présenter dans quelques lignes.

En résumé, la création est une alchimie qui demande la maturation, détachement et plusieurs étapes. Cela prend un temps plus ou moins compressible avec de la positivité, de la connaissance de soi et de l’expérience. Vouloir réduire le temps de création nuit à la qualité et au potentiel d’innovation du résultat, sans vous rappeler le célèbre schéma !

La préparation

La préparation en elle-même se fait également en plusieurs étapes. Elle commence par la prise de brief (c’est à dire l’ensemble des demandes du client, etc…) pour bien cerner le sujet et s’accompagne de manière permanente d’une « veille ».  Pour bien comprendre le projet, il faudra rassembler des informations, accumuler des exemples pour inspiration, et peut-être faire un brainstorming. Durant cette phase, les premières idées ou ébauches commencent : elles vont donner les directions artistiques, dont sortira le visuel final.

La recherche

Afin d’unir inspiration et compréhension, il est nécessaire de laisser passer un temps où l’inconscient muri le projet. Cette étape de maturation est déterminante même si elle peut paraître inconfortable (doutes, impression de ne pas avancer,…). C’est une phase où il faut lâcher prise et laisser faire sans se mettre de pression. Chacun son rituel, certains font du rangement, ou changent de projet, d’autres se divertissent ou ne font absolument rien. C’est un temps où le subconscient traite les informations et les remontent petit à petit à notre conscient.

L’illumination !

C’est le moment où tout bascule, un flash, une idée lumineuse et tout s’enclenche. On peut enfin commencer à travailler concrètement et efficacement sur la création. Le projet a mûri dans le cerveau et il ne reste qu’à le mettre en application. L’idée devient tangible et peut enfin se concrétiser. La différence avec les deux étapes précédentes c’est qu’il devient plus aisé d’avancer. Non pas que ce soit facile mais l’impression est différente, on sait que la création est enfin possible.

La matérialisation

C’est alors que commence la phase de formulation : le travail s’enchaîne et les contours du projet se précisent de façon certaine. Il faut parfois plusieurs tentatives ou essais mais la création prend forme. Cela nécessite de prendre le temps d’élaborer l’idée mûrie, c’est un temps de mise en œuvre. Il n’est pas toujours évident de réaliser une idée, cette phase demande parfois de la technique et donc de nouvelles recherches sur comment faire pour construire ce que l’on veut.

La vérification

Il s’agit d’une phase de confrontation. Le projet est conçu est n’a plus qu’à vous être présenté pour validation (impression sur support, développement web). La création plait, l’auteur est félicité, c’est une vérification positive de la pérennité de l’idée. Durant cette phase il faut être à la fois ouvert aux critiques et savoir défendre son avis. C’est un juste milieu à trouver. Les éventuelles corrections sont traitées et le produit est livré !